3 agences à votre service :  Agence d’Arras | Agence d’Amiens | Agence de Lille

T.  03 21 21 11 47

retour

6 septembre 2018, 16:53 | source : Nice Matin

Surendetté, le couple incendie sa voiture pour escroquer son assurance

Enlisés dans des problèmes financiers sans fin, mari et femme avaient imaginé ce stratagème mis en scène dans la capitale azuréenne.

Le couple d’une cinquantaine d’années n’en mène pas large. Mais seul le mari est à la barre du tribunal correctionnel de Nice. La présidente, Laurie Duca, lui indique toutefois que son épouse aurait pu s’y retrouver également.

 

Enlisés dans des problèmes financiers sans fin, mari et femme avaient imaginé une escroquerie à l’assurance. Un soir de décembre 2017, ils se sont engagés vers Nice-Est, et le boulevard de l’Oli. Le mari conduit une voiture, son épouse suit dans une seconde. Alors qu’elle attend un peu plus loin, l’homme se gare, met le feu à son véhicule, referme les portes et rejoint sa femme pour fuir discrètement les lieux. L’homme avait pris la précaution de déposer plainte pour vol.

 

Les gendarmes ne s’y sont pas laissés tromper. Jugeant cette affaire suspecte, ils ont visionné les bandes de vidéosurveillance… et ont assisté au petit manège. Placé en garde à vue, l’homme – au casier judiciaire vierge – a reconnu immédiatement. Il a depuis réglé les 450 euros d’enlèvement et de mise en fourrière. "Qu’est-ce qui vous a pris?", interroge Laurie Duca. "Nous avons beaucoup de dettes, deux contrats d’assurance pour les voitures, on ne s’en sortait pas."

 

 

Assise à l’arrière de la salle, l’épouse est en pleurs. Tous deux sont très marqués. Il est salarié dans le secteur des transports, elle était en congé maternité. "Vous savez qu’il existe des commissions de surendettement pour vous aider, quand une étape difficile arrive dans votre vie professionnelle?", entame, didactique, le procureur de la République, Françoise Delon. Et de leur rappeler que les services de police ont autre chose à faire que de courir après des auteurs d’escroqueries à l’assurance.

 

La détresse du couple, son désarroi, traversent la salle d’audience. Ils ont attendu de comparaître une partie de l’après-midi, serrés l’un contre l’autre, sans avocat. Le tribunal condamnera le mari à quatre mois avec sursis. Signe de sa compréhension du dossier, il l’exemptera d’une inscription de la condamnation au bulletin n° 2 du casier judiciaire, ce qui lui aurait valu de perdre son emploi.

Humanité et justice font aussi bon ménage.

retour

Michaël HECQUET, Enquêteur de Droit Privé diplômé d'Etat. (Licence Professionnelle sécurité des personnes et des biens, spécialité enquête privée délivrée par l'Université Panthéon Assas Paris 2) ;

 

Enquêteur de droit privé, autorisé à exercer cette activité par, agrément du CNAPS N°AGD-062-2023-05-18-20180339519, conformément à la loi n°83-629 du 12 juillet 1983 modifiée successivement par les lois n°2003-239 du 18 mars 2003, n°2006-64 du 23 janvier 2006, n°2007-297 du 3 mars 2007;

 

Enquêteur d'assurances détenteur du certificat ALFA/AFNOR compétences délivré par AFNOR compétences.